Tribune

La démocratie d'abord

Tribune publiée dans le journal Le Monde le 25 février 2022

La démocratie est attaquée en Ukraine. Nos démocraties, française comme européenne, sont soumises à rude épreuve et jugées défaillantes. La perte de confiance des citoyennes et citoyens envers leurs représentants est colossale. Notre système politique apparaît déconnecté du réel et impuissant à relever des défis aussi majeurs que la prévention des guerres, l’explosion des inégalités, le cataclysme écologique ou l’avenir de notre modèle social. Pourtant, comment imaginer répondre à ces enjeux sans les citoyennes et les citoyens ?

Révolte des gilets jaunes, chiffres records d’abstention, multiplication des violences contre les élus, niveaux terribles de défiance envers institutions, partis politiques et médias ; tous les signaux sont au rouge. Le populisme autoritaire gagne de nombreuses batailles à l’étranger comme en France. Nos institutions s’affaiblissent au point de ne plus pouvoir produire la légitimité dont nos gouvernements ont besoin pour être efficaces. Notre maison démocratique brûle et les candidats à la présidentielle regardent ailleurs. 

Faut-il y voir le signe d’un effondrement du principe même de démocratie ou plutôt l’exigence d’un retour à ses fondements ? Clairement, les Français demandent “plus et mieux” de démocratie. 83 % se déclarent attachés au régime démocratique. Les formes d’engagement se renouvellent, en particulier chez les jeunes : pétitions, manifestations, militantisme et volontariat. Le baromètre de la jeunesse 2021 estime que 72% d’entre eux ont participé à la vie citoyenne durant l’année passée. 84 % des Français demandent à prendre une part plus importante dans le processus de prise de décision politique

La bonne nouvelle, c’est que les solutions existent. Un nouveau modèle est possible : une démocratie plus ouverte, continue, de co-construction, dans laquelle les citoyennes et les citoyens ne se cantonnent pas à un rôle d’électeur mais contribuent directement et régulièrement à la définition de l’intérêt général, selon des procédures démocratiques de qualité. Ce nouveau modèle est même déjà expérimenté aux quatre coins de la France, ou même à travers certaines innovations démocratiques nationales. La Convention Citoyenne pour le Climat, par exemple, a démontré que des personnes tirées au sort peuvent s’emparer de sujets complexes et construire des réformes politiques d’envergure lorsqu’elles s’inscrivent dans un processus délibératif méthodique. De Marseille à Paris en passant par Poitiers, Mulhouse ou Carpentras, des démarches participatives produisent des effets indéniables sur la qualité de la décision publique et de l’engagement citoyen. Assemblées citoyennes, budgets participatifs, votations ; ces dispositifs vont parfois jusqu’à la co-décision, garantissant un impact direct du citoyen sur la politique. Même si délibération et participation citoyenne n’ont pas vocation à remplacer la démocratie représentative, elles sont devenues un complément indispensable pour en assurer la régénération.

 

L’impératif d’un renouveau démocratique connaît une résonance forte dans la société. En cette année électorale, il serait insensé et risqué pour les organisations politiques de négliger cette tendance de fond. Si les candidats et candidates à la présidentielle s’y disent en général favorables, cela se traduit peu dans leurs programmes et leurs discours, ou alors de manière bien trop floue. Les détenteurs traditionnels du pouvoir semblent faire de la résistance. 

 Alors, que faire ? 

Avec une coalition d’ONG, de chercheurs et de citoyennes et citoyens, nous avons regroupé les solutions démocratiques les plus urgentes et les plus matures au sein d’un Pacte Démocratique. Ce Pacte, nous appelons toutes les candidates et candidats à le signer, s’engageant ainsi à mettre en œuvre ces 6 mesures dans les 100 premiers jours de leur mandat : 

  1. Former les jeunes aux pratiques démocratiques pour préparer des citoyens éclairés et engagés.
  2. Lutter contre l’abstention et revoir notre manière de voter, notamment par la reconnaissance du vote blanc.
  3. Empêcher une trop grande influence des lobbies pour faire primer l’intérêt général sur les intérêts privés.
  4. Financer la démocratie par un soutien structurel aux innovations démocratiques et citoyennes et revoir la manière de financer campagnes électorales et partis politiques.
  5. Garantir des médias indépendants et organisateurs d’un débat public de qualité.
  6. Organiser une Convention Citoyenne pour la Démocratie suivie d’un référendum. Cette assemblée tirée au sort aura pour mandat de repenser la règle du jeu politique et notamment la place des citoyennes et citoyens dans l’élaboration des politiques. Articulée à un grand débat national, impliquant la société civile organisée et les grandes organisations politiques du pays, cette Convention citoyenne pourra mettre en débat et traiter tous les sujets institutionnels et démocratiques qu’elle jugera importants : référendum d’initiative citoyenne, équilibre des pouvoirs (présidentialisme, rôle du parlement, proportionnelle, création d’une assemblée citoyenne), pouvoir des collectivités locales, modes de scrutin, etc. Elle soumettra ses conclusions directement au peuple français par voie référendaire. 


Nous invitons les citoyennes et citoyens, les associations, les ONG et les syndicats à se mobiliser avec nous pour faire monter le sujet démocratique en haut de l’agenda politique. Ensemble, faisons pression pour que tous les candidats signent le pacte démocratique. 

 

La démocratie est la mère de toutes les batailles. En 2022, nous n’avons pas le choix : nous devons refonder notre système politique pour espérer réussir à relever tous les autres défis. 

 

Nous comptons sur vous pour rejoindre le mouvement sur www.fairegagnerlademocratie.fr

Parmi les 250 premiers signataires :

Alizée Lozac’hmeur, Co-fondatrice de l’association makesense

Anne Hessel, Archipel de l’écologie et des solidarités

Anne-Sophie Novel, Journaliste, vice-présidente d’Informer n’est pas un délit

Armel Le Coz, Co-fondateur de Démocratie Ouverte et porte parole de Faire gagner la Démocratie

Audrey Fortassin, Déléguée générale de Tous Élus

Aurore Delemotte, Coordinatrice de l’Université des colibris

Brandy Boloko, Président de Cité des Chances

Chloé Ridel, Directrice-adjointe de l’Institut Rousseau, co-fondatrice de l’association Mieux Voter

Christian De Boisredon, Président & Fondateur de Sparknews

Cyril Dion, Réalisateur et écrivain

Deborah Ozil, Secrétaire Générale de l’association Rencontre des Justices

Dominique Bourg, Professeur honoraire (Unil)

Dominique Méda, Sociologue

Fanette Bardin, Co-Présidente de Démocratie Ouverte

Guillaume Meurice, Humoriste

Jacques Testart, président d’honneur de Sciences citoyennes

Jérémie Suissa, Délégué Général de Notre Affaire à Tous

Jérôme Saddier, Président ESS France

Julien Noé, Président Enercoop

Loïc Blondiaux, Professeur de science politique

Malek Délégué, Chroniqueur-Éditorialiste sur C8

Mathilde Imer, Initiatrice de la Convention Citoyenne pour le Climat avec le collectif des Gilets Citoyens

Nicolas Dufrene, Directeur de l’institut Rousseau

Paloma Moritz, Co-fondatrice de Mieux Voter, Journaliste Blast

Patrick Viveret, Cofondateur des « Dialogues en humanité »

Pauline Véron, Co-Présidente de Démocratie Ouverte

Pierre Calame, animateur du collectif « Osons les territoires! »

Pierrick De Ronne, Président de Biocoop

Priscillia Ludosky, Militante

Réjane Sénac, politiste

Sarah Durieux, Autrice et formatrice en organisation collective, mobilisation et activisme

Stacy Algrain, Fondatrice de l’association Penser L’après

Sylvie Bukhari-de-Pontual, Présidente du CCFD-Terre Solidaire

Taoufik Vallipuram, Président de Ouishare

Yves SINTOMER, professeur des universités

TOUS LES SIGNATAIRES